Nous utilisons des cookies afin d?optimiser votre navigation sur Internet. Si vous voulez continuer à consulter ce site, veuillez accepter l?emploi des cookies. Vous trouverez de plus amples informations sur notre déclaration de protection des données.

 

Prix Larsen-Chu partie 2

Atelier en direct sur patien

Prix Larsen-Chu partie 2  Atelier en direct sur patien

Couronne céramo-céramique en VITA VM 9 sur pilier zircone

Un atelier très intensif avec un maître de stage réputé, Patrick Rutten de Belgique, était au programme des deux journées suivantes.  Plus de 40 ans après un traumatisme sportif le chir. dent. Jens Bebrande de Bad Säckingen avait décelé sur un cliché de contrôle une sérieuse lésion carieuse circulair  sous la couronne à pivot de 11 (ill. 1 et 2).  La dent trop délabrée fut extraite.  Après 8 semaines de cicatrisation, un implant fut posé (ill. 3).  L'implantation immédiate différée fut associée à une augmentation osseuse allogène et à une greffe de tissu conjonctif prélevé au palais afin de guider la régénération des tissus mous.  Pour le stage, la situation était la suivante : implant mis à nu en région 11 avec pilier implantaire en titane vissé (ill. 4).  

Ill. 1: situation clinique de départ avant extraction de la 11
Ill. 2, 3 : Situation radiologiquecliché et de contrôle après implantation sur la 11
Ill. 4 : pilier en titane vissé sur la 11

L'édentement a été comblé pendant la phase de transition par un provisoire amovible.  Pour garantir la fonction, le praticien a opté pour un pilier en titane conçu en CFAO.  "Dans toute la mesure du possible je n'utilise jamais de titane en secteur antérieur." explique Rutten en ajoutant : "Dans le cas présent, la fonction primait cependant sur l'esthétique." Le défi à relever a été le suivant : réaliser avec VITA VM 9 le montage cosmétique d'une couronne en céramo-céramique sur le pilier en zircone.  En effet la restauration devait à l'arrivée être aussi naturelle que les dents voisines tout en permettant une bonne gestion des tissus mous et de la gencive.  "C'est très difficile de travailler sur un pilier en titane.  La gencive peut prendre un ton grisâtre.  Il nous faut masquer cette zone cervicale grisâtre" a dit Rutten et il a commencé par relever précisément la couleur.  Il a utilisé le VITA Linearguide 3D-MASTER (ill. 6).  La luminosité a d'abord été déterminée puis la saturation.  La couleur de base avait été préalablement mesurée avec le VITA Easyshade V.  Le spécialiste et l'appareil numérique ont défini chacun de leur côté la couleur 3M2 comme couleur de base du noyau dentinaire.  Pour Rutten déterminer la couleur de base est ce qu'il y a de plus important.

Ill. 5a,b,c : détermination de la couleur de base avec le VITA Linearguide 3D-MASTER
Ill: 5b
Ill. 5c

Compétition de stratification

Abb.6a, b, c: Zahntechnischer Wettkampf mit regem Austausch und individueller Betreuung
Ill. 6a
Abb.6a, b, c: Zahntechnischer Wettkampf mit regem Austausch und individueller Betreuung
Ill. 6b
Ill. 6c

C'est alors qu'a débuté la compétition pratique entre les gagnants du prix, assistés à chaque instant par le spécialiste (ill. 6a, b, c).  Pour une même situation clinique, chaque participant et le maître de stage ont fabriqué quatre différentes couronnes unitaires (ill. 7a, b, c, d, f). A l'arrivée il s'agissait de sceller en définitif le meilleur travail esthétique et fonctionnel.  Pour les chapes en dioxyde de zirconium, Rutten conseille toujours après l'essai en bouche et l'adaptation d'effectuer une cuisson de régénération.  La chape en dioxyde de zirconium n'étant pas fluorescente, la cuisson d'un lait d'opaque au départ est pour Rutten une étape importante.  "Pour commencer j'utilise un liner pour la fluorescence et une cohésion sûre avec la zircone" a expliqué Rutten avant de commencer le montage sous l'œil attentif des stagiaires.  La température de cuisson du VITA VM 9 EFFECT LINER doit être de 50 °C supérieure à celle d'une cuisson normale de dentine.   

Wettkampfatmosphäre
Ill. 7a
Wettkampfatmosphäre
Ausarbeitung
Ill. 7b
Ausarbeitung
Sichtkontrolle
Ill. 7c
Sichtkontrolle
Detailarbeit
Ill. 7d
Detailarbeit
Homogene Schichtung
Ill. 7e
Homogene Schichtung
Feinschliff
Ill. 7f
Feinschliff

… Couche par couche …

Rutten a opté pour VITA VM 9 BASE DENTINE 3M3 afin de saturer davantage les zones cervicales, masquer ainsi cette région délicate et éviter le voile grisâtre et terne lié au pilier.  La masse EFFECT CHROMA 4 (EC4) doit améliorer encore le masquage. Au niveau des deux espaces interdentaires, une tonalité plus vive d'orange obtenue par un mélange d'EFFECT CHROMA 5/6 a encore renforcé ce masquage.  Pour le tiers supérieur, on a choisi une nuance plus claire, à savoir BASE DENTINE 3M2 . Pour le cosmétique des crêtes, on a choisi la masse bleuâtre EFFECT ENAMEL 9 (EE9) mélangée à ENAMEL Light (ill. 8 a-f).  D'après l'expérience de Rutten, la synergie de trois composants essentiels est décisive : 

  • couleur
  • émail
  • translucidité 

Referent Patrick Rutten bei der Arbeit
Ill. 8a
Referent Patrick Rutten bei der Arbeit
Schichtung des Dentinkerns
Ill. 8b
Schichtung des Dentinkerns
Einarbeitung von Mamelons
Ill. 8c
Einarbeitung von Mamelons
Schichtung der Schmelzanteile
Ill. 8d
Schichtung der Schmelzanteile
Charakterisierung mit INTERNOS
Ill. 8e
Charakterisierung mit INTERNOS
Ergebnis nach dem 1. Dentinbrand
Ill. 8f
Ergebnis nach dem 1. Dentinbrand

Pour cela, on a composé un mélange de VITA VM 9 ENAMEL Light et EFFECT ENAMEL 9 (EE9) pour accentuer la tonalité bleuâtre. "Je prends toujours un peu d'Effect Enamel 9". Telle est la stratégie de Rutten pour obtenir des effets de lumière naturels.  De plus VITA INTERNO 2 et 4 ont été mélangées afin de créer des caractérisations dans des teintes chaudes sable et tournesol.  Les masses VITA INTERNO jouent un grand rôle pour Rutten lorsque l'on veut accentuer la fluorescence issue de l'intérieur et des effets chromatiques naturels : „Les Internos comptent beaucoup pour moi.  Ces masses sont ensoleillées, chaudes.  Si l'on me retire les Internos, je suis perdu." Les caractérisations doivent toujours être conçues de manière irrégulière pour qu'elles soient naturelles.  Afin d'assurer un contraste incisal, on a monté VM 9 BASE DENTINE dans la zone palatine.  La couche a été sculptée avec un surplus afin de garantir après meulage de la fonction une épaisseur de couche suffisante.  "Le mélange de céramique doit être crémeux, avoir de la tenue et conserver sa consistance crémeuse", a expliqué Rutten.  Son conseil : "Nous avons besoin de liberté pour la couronne implantaire. La fonction est de toute première importance !"

Schichtung von vestibulär
Ill. 9
Schichtung von vestibulär
Schichtung von palatinal
Ill. 10
Schichtung von palatinal
Ergebnis nach dem 1. Dentinbrand
Ill. 11
Ergebnis nach dem 1. Dentinbrand

Impressions de l'atelier

Voyez ici la vidéo

Prudence avec la translucidité

"En présence d'un manque de volume, ne jamais rajouter de la translucidité" a prévenu Rutten : "L'effet obtenu est toujours à l'inverse de celui recherché. C'est une erreur , je vois souvent trop d'émail et trop de translucidité. La dent prend alors un ton grisâtre." Il recommande donc dans ce cas de recourir toujours à BASE DENTINE (Ill. 8 et 9).  S'il s'avère nécessaire de corriger la luminosité, le céramiste doit même atténuer la couleur de base de deux tons : "La couleur de base est pour moi fondamentale. Il faut toujours jouer avec elle." (Ill. 9). Les zones palatines doivent être montées avec VITA VM 9 EFFECT CHROMA 4 et BASE DENTINE afin d'éviter ici une transition visible entre la chape et la céramique stratifiée (Ill. 10) Le conseil général de Rutten pour bien combiner les couleurs : "Parfois il faut plus de temps pour trouver le bon mélange que pour monter les masses.  Ne faites pas trop de mélanges !  Ne commencez pas par mélanger des milliers de poudres !" (Ill. 13-15). 

Ill. 13 Contrôle de la couleur après la 1re cuisson de dentine
Ill. 14
Ill. 15 Stratification finale et mise en forme

Dégrossissage et polissage

"La gencive nécessite un état de surface lisse", Rutten a incité les stagiaires à effectuer une cuisson homogène et un bon polissage.  „En implantologie surtout le dentiste se bat souvent pour chaque millimètre de gencive saine et rose". Le céramiste le sait par expérience et a incité les stagiaires à toujours aménager sur les tissus mous une base biocompatible.  La morphologie de la dent adjacente 21 a été copiée.  On a là veillé à renforcer les papilles afin d'éviter les coins noirs.  La crête distale et mésiale a été dégrossie avec une fraise diamantée fine, avec une transition fluide en direction de l'apex.  On a imité un éclat à l'image de celui de la dent adjacente mais pas exactement au même endroit afin de créer un effet naturel.  Pour les caractérisations on a reproduit une fissure verticale avec une fraise fine en carbure de tungstène : "Vous pouvez déplacer vos fissures de deux ou trois millimètres. Il faut que les fissures aient un tracé irrégulier." Le polissage et le recontourage des zones concaves ont été réalisés avec un disque à polir en caoutchouc.  Les caractérisations finales peuvent être complétées avec les colorants VITA AKZENT Plus et une glaçure.  "J'essaie de réaliser un montage délicat". À ce stade final tel est le credo de Rutten sans exagération.     

Essai clinique au cabinet dentaire

Ill. 16
Ill. 17
Ill. 18
Ill. 19
Ill. 20
Ill. 21
Ill. 22
Ill. 23
Ill. 24

"Recherchez le top tout en restant simple !"

Le cours s'est achevé avec un essai des quatre couronnes avant finition (ill. 16 à 24).  Dr Jens Gebrande, le praticien, a choisi de concert avec le patient "l'œuvre" la mieux réussie pour le scellement définitif. Celle-ci a ensuite été terminée. (ill. 25 à 28). Il ne fut pas facile de décider.  Et les goûts sont aussi différents.  Patrick Rutten a donc du recul sur son travail au quotidien : "Nous devons être sincères.  Je veux toujours le meilleur.  Mais puis-je vraiment l'obtenir ?  Non !  Ce que je recherche, c'est d'être meilleur que le laboratoire voisin." Le plus important c'est de savoir quand une dent est terminée afin de tenir compte aussi des impératifs financiers.  Et puis il faut vraiment savoir à un moment s'arrêter : "Si l'on regarde trop longtemps une dent, on devient fou!". Dans ce cas particulier, le patient a de toute façon été heureux.  À la fin il avait trois superbres couronnes en poche.  On ne sait jamais...

Ill. 25 La couronne de l'intervenant lors de l'essai
Ill. 26 La couronne de Ryan Lim lors de l'essai
Ill. 27 La couronne de Noriyuki Kawada lors de l'essai
Ill. 28 La couronne de Dmitry Azanov lors de l'essai

La troisième partie du prix Larsen-Chu sera annoncée sur Facebook.  . . 

La dernière partie de l'article montre les photos et les détails des travaux effectués par les stagiaires, la pose de la restauration au cabinet dentaire et le travail terminé en bouche.  Suivez-nous sur Facebook ! 

français Français